Artemisia

Les amateurs s’emparent des nouvelles technologies et bousculent la photographie

Il est indéniable que l’internet, et le concept de conversation mondiale qu’il a engendré, fait désormais partie intégrante du paysage et de l’industrie photographiques d’aujourd’hui, et que les professionnels et les amateurs aspirant à la reconnaissance utilisent les médias sociaux via les plateformes telles qu’Instagram, TikTok et Facebook. Tous utilisent cette base médiatique – dans le cas du professionnel, pour élargir et fidéliser son audience, et pour l’amateur dans l’espoir d’être repéré et publié dans l’arène professionnelle. 

Révolution 

La plus grande révolution qu’a connu le médium récemment ne vient pas de technologie innovante d’un fabricant d’appareil photo mais des fabricants de téléphones portables, et ceci en conjonction avec l’avènement des réseaux sociaux et de la culture de partage.

Alors que la photographie privée a tout au long du XXe siècle suit les dogmes dictés par la photographie professionnelle, la dynamique d’aujourd’hui montre une tendance inversée de ce modèle et une autonomisation croissante des usages personnels de l’image. Là où le corpus de travail d’un photographe amateur, vernaculaire, tenait en quelques albums photos et diapos et n’était visionné que par ses proches, un véritable raz de marée de clichés du quotidien et de l’intime inonde la toile au vu de tous aujourd’hui. 

Libérés de la contrainte des connaissances techniques devenues obsolètes, les photographes amateurs ont naturellement tendance à viser la différenciation, pour ne pas dire la distinction, aspirant à plus de créativité. La nouvelle «iPhoneographie» et ses pratiques photographiques propulsent la photographie dans des territoires inexplorés, avec de nouveaux termes et un nouveau langage encore à définir, et témoignent du bouleversement accéléré entre les pratiques privées et professionnelles. Les lignes deviennent floues puisque l’on peut dénoter que les professionnels s’inspirent librement des amateurs et de leurs stratégies de partage d’images. À ce jour, la plateforme Instagram compte plus d’un milliard d’utilisateurs avec plus de 50 milliards de photos téléchargées.

L’étiquette péjorative d’«amateurisme» dont les utilisateurs ont été affublés par les ennemis de la culture du partage devient un fier emblème des nouvelles pratiques numériques et n’est plus considérée avec autant de dédain par la communauté de la photographie d’art. Un large nombre de festivals de photographie amateur font désormais partie du paysage estival dans de nombreuses villes d’Europe et les conférences dédiées à la photographie vernaculaire et amateur ne se comptent plus.

Retour aux sources

Cependant, au fur et à mesure qu’ils se familiarisent avec le médium et deviennent conscients des limites de leurs smartphones ou de leurs appareils photo compacts, les amateurs commencent à revenir aux bases de la photographie dite traditionnelle. Les tendances montrent que les photographes en herbe qui ne connaissent que le support numérique se tournent inévitablement vers la photographie classique explorant les nombreuses possibilités de l’argentique. Cela signifierait que la photographie classique a encore quelques années de vie et que les rapports de sa mort annoncée pourraient être prématurés.

Se connecter

Créer un compte